Pour les « faux amis » je dois rester soumise à Jean-Jacques Porchez !

Des ami-e-s ? : on ne quitte pas Jean-Jacques Porchez !

Le motif « éloignement du domicile conjugal » à fait sauter mon interdit intériorisé de quitter mon mari et de divorcer un jour…

Je ne veux pas que Jean-François soit l’occasion de déchirements inutiles entre Jean-Jacques et moi donc je pars seule.

Dans un premier temps je demande aide à une amie voisine du trottoir d’en face. Elle refuse de m’aider :

  • « je ne veux pas me fâcher avec Jean-Jacques ». Quelle amie !

Un peu plus tard j’entendrai Jean-Paul Ribes m’interpeller sur un trottoir :

  • on ne quitte pas J-J Porchez !

Jean-Paul Ribes qui devint un défenseur du Tibet après avoir été successivement :

  1. Porteur de valise pour le FLN
  2. Maoïste
  3. sympathisant de VLR (Roland Castro)
  4. adhérent au PCLMF
  5. …il devient pratiquant du Tibet !

Soumis lui-même à son idéologie maoïste durant les années 60 : il défendait la soumission d’une épouse à son mari, ici, moi, Annie Stasse, je n’avais pas d’autre avenir possible que soumise à un mari Jean-Jacques Porchez.

Cette réaction rend bien comment, dans les milieux d’extrême gauche, la femme, l’épouse, n’existait pas !

Seule à Paris : je ne connais plus personne !

Ainsi je me retrouve ne connaissant plus personne à Paris. Moi née et ayant vécu à Paris depuis ma naissance je me retrouve totalement seule, plus personne ne me connait, car c’est dans ce sens là : ce n’est pas moi qui ne connais plus personne, ce sont les autres tous les autres, militants gauchistes dans leur majorité, qui ne me connaissent plus ! J’ai osé quitter Jean-Jacques Porchez ! Quel audace !

Par cet acte de quitter Jean-Jacques Porchez j’ai fait preuve d’une détermination de sauver ma peau qui est interprétée par « ses » amis comme une effronterie impardonnable pour les « copains » politiques !

Équipée d’une valise a minima je vais louer une chambre d’hôtel la moins chère possible dans une rue adjacente de la rue Soufflot dans le 5ème arrondissement.

Devant moi : ma vie à construire

Je viens d’avoir 29 ans et j’ai toute ma vie à construire. Marian Apfelbaum m’a sauvée la vie. En effet j’avais été bloquée durant toutes ces années par l’idéologie « on ne divorce pas ». Je sus qu’il demanda à l’amie ce que j’étais devenue, elle l’informa que j’avais quitté mon mari, il répondit : c’est bien.

Je ne resterai que peu de jours dans cet hôtel proche de la rue Soufflot, allant manger des Wimpy comme du temps de mon adolescence. Très vite je cherche un studio.

J’en loue un studio, rue de l’Hirondelle, dans le 6ème arrondissement, proche de la place Saint Michel. Il est au 1er étage et donne sur la rue.

Laisser un commentaire