Jean-François Porchez, mon fils, de 6 à 10 ans

Rentrée scolaire d’octobre 1971

J’ai repris des études à la faculté de Vincennes, en histoire, à la rentrée d’octobre 1971. Du fait que je continue à travailler pour gagner ma vie, je prends ces cours le soir. Ainsi mon fils, Jean-François va se retrouver seul. Je décide donc que le mieux pour lui serait la pension, mais pas n’importe laquelle !

Montessori à Montgeron

Je décide que le mieux pour lui est la meilleure stabilité qui soit dans la meilleure école possible : je choisis Montessori.

Je cherche celle de Montgeron avec l’aide de ma mère qui nous conduit en voiture. D’une part je n’ai pas les moyens d’acheter ni d’entretenir une voiture, d’autre part j’ai passé le permis plusieurs fois durant mon mariage, mais sans résultat !

Donc armée d’un plan je l’aide à se diriger, car ma mère n’a aucun sens de l’orientation ! J’y inscris mon fils facilement, son père payant la pension de 100frs de plus par mois que la pension alimentaire, soit 600frs, je le reprends le week-end.

Malheureusement au bout d’un an son père refuse de payer ce supplément de 100frs, moi ne pouvant prendre ce supplément à ma charge, et je dois encore changer mon fils d’école et déménager…

Ce refus par son père Jean-Jacques, eut une conséquence néfaste : continuant mes études à Vincennes je laissais mon fils seul le soir. Certes je le faisais manger avant de partir, puis le couchait. Son père l’eut laissé à Montgeron il ne se serait pas trouver seul le soir… aurais-je du, moi, arrêter mes études ?

  • C’est la question de l’autonomie de la femme qui est posée là. Jean-Jacques Porchez a tout fait pour m’empêcher de conquérir mon autonomie !

Dons manuels innés de Jean-François

Il continue à confirmer ses dons manuels :

Je l’ai, depuis sa prime jeunesse, encouragée à construire des Lego, constructions qui le passionnaient.

À l’occasion de la fin d’année on lui avait offert un petit circuit de train électrique. Alors il commence à construire, chez sa grand-mère où il y a de la place, un circuit de trains électriques. Il adhère à une association où sont majoritairement des adultes. Il en est passionné et rivalise avec eux. Il gagne même, une année, le premier prix. Il faut être méticuleux, soigneux, imaginer des trajets, des paysages, l’esthétique rentre dans les capacités nécessaires. Sa grand-mère, ma belle-mère, habite seule, depuis la mort de sa mère en 1969, dans un grand appartement qu’elle a acquis dans le 14ème arrondissement.

Heureusement la mère de Jean-Jacques prend souvent Jean-François le week-end, mais elle le gâte trop, cela m’agace un peu car c’est du genre à courir après lui « armée » d’un yaourt pour qu’il veuille bien être nourri à la becquée !

Un jour elle me demandera si son fils ne se serait pas mal conduit avec moi du temps du mariage… car elle vient de découvrir une lettre de sa fréquentation actuelle, qui d’ailleurs s’appelle aussi Annie, qui se plaint de son comportement… je lui avoue donc que « oui » ! Sans lui en dire plus… je crois qu’elle a compris quelque chose, mais je ne saurai jamais exactement quoi.

Mauvaise orientation de Jean-François après la CM2

Arrivé en fin de CM2 le directeur de l’école primaire de Jean-François lui refuse le passage en 6ème prétextant qu’il est forcément déséquilibré puisque sa mère est divorcée… il l’inscrit donc d’office, contre l’avis des autres instituteurs, dans une classe pour les débiles mentaux légers, qui s’appelle « allégée ».

Je me bataillerai, en adhérent à une association de parents d’élèves, durant deux ans pour qu’il reprenne des classes normales… La position de ce directeur d’école démontre que le divorce n’est pas encore accepté. Ses informations sur le divorce restent-elles bloquées sur les chiffres des années d’après guerre qui montrent que c’était le mari qui demandait le divorce motivé par l’adultère de sa femme ? Par contre quand il sera fait des études sociologiques sur les conséquences sur les enfants : le divorce est préférable au maintien d’un mariage conflictuel, il peut même être vécu comme un soulagement par les enfants.

Mon divorce et ses conséquences

Il y eut donc au moins deux conséquences funestes du fait de mon divorce :

  1. La mauvaise orientation scolaire de Jean-François par un directeur d’école
  2. et un compagnon qui voulait m’épouser, refus par sa famille

Années 1970 une femme divorcée était considérée comme une mauvaise femme, de mauvaises moeurs, en fait je ne sais quoi exactement car cela parait totalement insensé !

Divorce d’avec Jean-Jacques Porchez et pension alimentaire

Procédure de divorce

J’entamerai bientôt une procédure de divorce, que je n’obtiendrai qu’en juillet 1973 en prenant tous les torts à ma charge puisque j’ai commis la « faute » de quitter le domicile conjugal ; je ne me vois pas exposer en justice la ou les raisons de la mésentente de notre couple, qui ne sont pas très claires pour moi-même, sinon que je sais que je n’ai que trop tardé à quitter mon mari, qu’en fait je n’aurais même pas du épouser : c’est la pression familiale qui m’a faite me marier… avec le premier « convenable » qui se soit présenté. Je sais aussi que je suis dans une position délicate : Jean-Jacques, on me l’a fait remarquer, est connu, moi je ne suis « rien », et surtout je refuse d’avance toutes batailles !

La vie me donnera l’occasion de ma revanche une quinzaine d’années plus tard… mais je ne serai pas plus combative…
Ce n’est pas dans mon caractère de me battre avec ou contre des Humains si c’est d’ordre personnel. Je prends la meilleure défense que je connaisse : la fuite, ou l’évitement.

Location d’un appartement de 2 pièces

Jean-Jacques refusant que je prenne Jean-François avec moi dans un studio, exigeant un deux pièces, je loue un meublé de deux pièces dans le 15ème arrondissement.

Là j’ai :

  1. une vraie cuisine où nous mangeons sur une table ronde,
  2. dans la pièce principale mon lit est un canapé dépliant (défoncé !), une immense table qui encombre la pièce, un chauffage sommaire au pétrole, dont je dois porter les bidons remplis sur cinq étages plusieurs fois par semaine depuis le marchand du rez de chaussée ;
  3. une chambre contient un lit pour mon fils et quelques placards,
  4. dans l’entrée une douche qui sert aussi de WC à la turque à côté de la cuisine.

Je re-tapisse tous les murs du séjour de grandes fleurs mauves, et repeins les murs de la chambre de mon fils. Jean-François va seul à l’école très proche. Le soir, comme cela se fait à l’époque, en attendant que je rentre du travail, il joue souvent au bas de l’immeuble avec des camarades.

Remarque : Jean-François fera pipi au lit durant une très courte période au moment de l’emménagement dans ce 2 pièces. Je me sentirai totalement incapable face à ce qui dénotait un déséquilibre du à la séparation de ses parents, qui en plus ne s’entendent sur rien : Jean-Jacques refuse toute conciliation que ce soit, et moi je me sentais impuissante face à cette raideur.

Fixation de la pension alimentaire

Le montant de la pension alimentaire que Jean-Jacques accepte de me verser est de 500 frs par mois, uniquement pour notre fils, ayant, par volonté de mon autonomie, refusé une pension pour moi-même à laquelle j’aurais eu droit : ce fut une erreur funeste de ma part.

Mon niveau de vie subit une descente énorme !

À l’occasion d’une hospitalisation, ayant perdu mes droits à la Sécurité sociale , le divorce n’étant pas encore prononcé, Jean-Jacques fournit ses feuilles de payes et je découvre, ahurie, qu’il a un salaire de 50 000 frs par mois !

Alors que mon salaire oscille entre 1500 et 2000 frs …

De plus il « oublie » de me verser la pension, que je dois réclamer par téléphone à partir de chaque deuxième quinzaine du mois…

…et je crie parce qu’excédée par une négligence qui me met chaque mois en port à faux pour payer mon loyer, toujours en déséquilibre d’être vidée par mon loueur.

Malheureusement mon fils est le plus souvent présent et assiste à ces engueulades : c’est moi qu’il entend crier au téléphone, il n’a aucune conscience de la gravité de notre situation, pour lui tant que pour moi. Inconsciemment il doit me classer « d’invivable » alors que c’est sur son père que la faute devrait être portée.

Début de mon autonomie à 29 ans rue de l’Hirondelle

Rue de L’Hirondelle à Paris

Je loue un studio rue de l’Hirondelle dans le 6ème arrondissement proche de la place Saint Michel. Il est au 1er étage et donne sur la rue.

Je cours les magasins pour me meubler le plus économiquement possible avec la base indispensable :

  1. un lit pliant,
  2. un petit rangement en pin de trois tiroirs, (que j’ai toujours)
  3. un tabouret de bois paillé (que j’ai rempaillé depuis et garde toujours proche de moi)
  4. une table en chêne que je chine dans les puces du Nord de Paris.
  5. Et je prends chez Jean-Jacques, mon ex-domicile, : deux casseroles, trois assiettes, quelques serviettes et des torchons, cadeaux de mariage… que j’ai toujours aussi (qui a dit que j’étais instable ? !!!)

J’ai faim ! sensation inconnue de moi de 1964 !

Dans ce studio m’arrive un miracle : j’ai faim !

C’est une sensation que je n’ai pas connu depuis le début de l’année 1964.

Je me relève la nuit pour manger !

Et comme dans une rue proche on trouve des choix de préparations rapides à emporter je diversifie mes menus, tant des sandwichs variés que des plats chinois ou d’autres cuisines.

Dans ce studio, la salle d’eau renferme douche et WC, la cuisine succincte est aménagée dans un placard où sont disposés : un évier, un petit réfrigérateur et une plaque électrique deux feux.

Et comme ce studio n’est pas aux normes minimales légales sur le confort et la superficie, avec l’aide de Christiane Gillmann, avocate chez qui je travaille, je fais la démarche de demander la surface corrigée qui permet de faire baisser le loyer.

Jean-François, mon fils ?

Mon fils ? Je vais le chercher à l’école pour le week-end. En semaine, ne pouvant le loger dans un logement aussi réduit, je vais le voir chez son père.

Malheureusement ce que je voulais éviter arriva : son père me refuse que je le prenne chez moi même pour le week-end et nous nous l’arrachons à la sortie de l’école, moi ne cédant pas !

ce n’est que le début de la galère de notre séparation pour lire la suite