Adhésion et procès au PCF 04-1964, plus de musiques !

Notre adhésion au PCF

Au printemps 1964 Jean-Jacques décide, avec mon accord, de notre adhésion au PCF.

Bientôt la cellule de notre quartier se révèle en désaccord sur notre position concernant la Chine.

Ils affirment que la Révolution chinoise victorieuse le 1er octobre 1949, après une lutte de dizaines d’années, a été faite par les ouvriers alors que nous affirmons qu’elle a été faite par les paysans : je n’avais rien oublié de ce que j’avais appris de la Chine par mes lectures d’adolescentes.

En effet, la Chine, non industrialisée ou si peu, n’avait pas d’ouvriers. cette lutte de longue haleine (2) a été menée par les paysans, certains devenus soldats.

Notre procès au PCF

Le responsable de la cellule nous signale à la section pour dissidence.

Nous sommes mis en « procès » et se succèdent pour nous entendre, après les responsables de la section, des représentants du conseil départemental, puis du bureau exécutif.

Nos positions se confirment n’être pas en accord avec la ligne stalinienne du Parti nous sommes exclus.

Cependant je ne digérerai pas, et pour des dizaines d’années, que dans la lettre d’exclusion, adressée nominalement à Jean-Jacques, on me nomma « et sa femme » : quantité négligeable d’après le PCF. Il est vrai que je m’exprimai sans doute peu durant ces séances de mise en accusation.

Mais me laissa-t-on m’exprimer ? Mon point de vue intéressait-il quelqu’un ?

Film : One potatoes two potatoes Prémonition ?

Durant ma grossesse Jean-Jacques m’emmena voir un film où il s’agit d’une mère dont l’ex-mari menace de lui enlever sa fille . Je me mis à sangloter bruyamment dans la salle de cinéma, d’une manière incontrôlable, si bien que nous avons du sortir. Bien que je ne crois pas à la prémonition, il semblerait que j’étais déjà dans l’angoisse qu’on me retire mon enfant, non encore né…(1)

Plus de musiques !

J’oubliai pour un temps : Quincy Jones, Ray Charles, Art Tatum, Art Blakey, Bill Evans, Elvis Presley, Gerry Mulligan, qui avaient été si important durant mon adolescence, et ne connus rien des nouveaux musiciens : Beatles, Rollins Stones, Jimi Hendricks ou Bob Dylan.


La musique n’était pas dans les intérêts de Jean-Jacques qu’elle fut classique, de variétés ou de jazz. Je n’écoutais que ce qui passait à la radio que j’avais commencé à écouter quotidiennement quand j’étais seule à la maison. En fait comme le faisait ma mère.

Mais je découvris avec enthousiasme et émotions Potemkine chanté par Ferrat à l’occasion d’un meeting politique en 1965 ou 1966.

__________

Notes :

(1) One potato two potato : Le film raconte les difficultés auxquelles doit faire face un couple dit « interracial » aux États-Unis. Un employé de bureau noir épouse une femme divorcée blanche. L’ex-mari de celle-ci réclame alors la garde de leur fille devant le tribunal, invoquant le bien-être de l’enfant, menacé selon lui par l’environnement créé par ce mariage.

(2) 1839 1ère guerre de l’opium, 1851 révolte ses Taiping, 1921 création du PCC, guerre civile, révolte des paysans,1931 longue marche, invasion des Japonais, 1971 l’économie de la Chine est à 71 % d’origine agricole.

Jean-Jacques Porchez se fait réformer de son service militaire 1963

clinique laborde vue du ciel

Mais avant de pouvoir se marier Jean-Jacques Porchez devait effectuer son service militaire.

Le service militaire en France années 1960

Certes la Guerre d’Algérie était terminée depuis juillet 1962, mais le service militaire ne s’arrêta pas pour autant.

Après avoir été de 30 mois durant cette guerre, il ne fut réduit à 16 mois que le 21 décembre 1963.

Du fait qu’il avait été travailler en Algérie en tant que professeur de physique chimie :

Après avoir passé deux certificats de physique-chimie, alors qu’il en fallait trois pour obtenir la licence, il s’était fait embaucher en tant que professeur pour une année scolaire par le nouveau gouvernement de l’Algérie libérée de la colonisation française depuis le 5 juillet 1962. Soit pas par la coopération française où le salaire eut été plus confortable mais le sens politique opposé.

… il n’avait pas terminé ses études puisqu’il lui manquait un certificat pour être reconnu professeur. Il n’avait aucune intention de terminer ce diplôme puisqu’il s’était engagé vers le tourisme, métier qu’il exercera au moins une dizaine d’années.

Citations de Wikipedia :

Le , la durée du service est ramenée à 16 mois, par décret. La notion d’objection de conscience est introduite dans une loi et les scientifiques du contingent font leur apparition en tant que tels.

Le , la loi Messmer, du nom du ministre des Armées, indique que le service n’est plus seulement « militaire » mais « national ». La loi prévoit quatre formes de service national : un service militaire, un service de défense, la coopération dans un pays étranger et l’aide technique dans les départements et territoire d’outre-mer. Le statut d’objecteur de conscience est défini comme une variante clairement codifiée du service national. Les conseils de révision sont remplacés par les centres de sélection et les « trois jours »

Il ne peut pas échapper au service national mais il se refuse à faire ce service. Alors il doit trouver une solution !

La clinique La Borde et Félix Guattari

clinique laborde vue du ciel
clinique laborde vue du ciel

Parmi ses camarades de militantisme il a des relations qui vont pouvoir l’aider. Ceux-ci le mettent en contact avec la Clinique de La Borde. Là il va pouvoir se faire réformer pour un déséquilibre mental monté en connivence avec Félix Guattari, psychiatre, engagé à gauche.

Réformé par les armées

Le service national de la réforme militaire délègue un médecin pour connaitre ses maux et le réformer définitivement : le voilà libre.

Ma vie bascule : je me politise

francis jeanson

Alors tout bascula.

Jean-Jacques Porchez s’engage

Après avoir passé deux certificats de physique-chimie, alors qu’il en fallait trois pour obtenir la licence, il s’était fait embaucher en tant que professeur pour une année scolaire par le nouveau gouvernement de l’Algérie libérée de la colonisation française depuis le 5 juillet 1962. Soit pas par la coopération française où le salaire eut été plus confortable mais le sens politique opposé.

Soutien clandestin du FLN de Jean-Jacques Porchez adolescent

Et il me parla de la guerre d’Algérie qui m’avait à peu près échappée.

Chez moi on n’en avait jamais parlé, je n’avais qu’entendu à la radio les informations de bombes et violences diverses sans en comprendre le sens.

Il m’expliqua comment, à partir de ses années au lycée Buffon où il avait eu des contacts, il avait fait du soutien au FLN clandestinement en France et pour lequel il avait été condamné à la prison. Il avait fait partie du réseau Jeanson, des « porteurs de valise », c’est à dire qu’ils transportaient les fonds collectés auprès des Algériens habitant en France pour financer la guerre en Algérie, qu’on peut appeler de résistance, contre l’occupant colonisateur, la France.

Un procès ouvert le 5 septembre 1960 condamna Algériens et Français qui y avaient participé. Sa peine avait été parmi les plus légères puis amnistiée, d’autres furent condamnés jusqu’à 10 ans, dont Francis Jeanson, le créateur, en 1957, de ce réseau, condamné par contumace à 10 ans pour haute trahison.

francis jeanson
francis jeanson

Il entama, pour m’instruire, un réquisitoire contre la colonisation et pour la liberté des Algériens.

Je me politise par transfert

Le mot « liberté » avait pris un sens particulier pour moi depuis peu

Mes parents avaient vu la perte volontaire de ma virginité comme une infamie parce que fille je ne pourrai plus me marier honorablement. Pour me signifier leur désapprobation ils m’avaient interdit de sortir, sauf pour continuer à me rendre à mon emploi.

J’avais vivement ressenti cet enfermement, connaissant une liberté de mouvements et d’actions depuis au moins mes 9 ans ½, âge auquel j’avais commencé à prendre le train, bien qu’auparavant j’allais déjà seule à l’école primaire, et pouvais fréquenter qui je voulais en dehors de l’école.

Sans doute les avais-je déçue, nos parents étaient sans aucun doute convaincus, que bien que ne nous faisant pour ainsi dire jamais la morale, la manière de se comporter dans un cadre moral allait de soi. Ce n’était jamais vraiment dit, leur exemple semblant être l’évidence. Ils étaient tous deux honnêtes, droits, non racistes.

Quoique la « droiture » appliquée par ma propre mère vis-à-vis de moi était sujet, dans l’ignorance de son mari, à contestation. En fait elle m’avait incitée à développer ma liberté pour me préserver d’elle, pour trouver ailleurs mon mode de vie hors de son influence malsaine.

De plus j’avais ouvert mes lectures à Sartre qui parlait sans cesse de liberté, et bien que je n’avais personne avec qui exercer quelques réflexions philosophiques que ce soit, et que j’avais perdu la fréquentation de Jacques qui aurait été le seul avec qui j’aurais pu avoir ce genre d’échanges. N’ayant pas suivi la classe de philosophie, j’avais essayé de m’y initier seule en me procurant les livres scolaires de la classe de philosophie.

Ainsi Jean-Jacques arrivait à un moment charnière de ma vie

Il me proposait une nouvelle morale : militer. Bien que j’étais loin d’envisager les répercutions que cela aurait sur toute ma vie, voire d’en comprendre le sens, le mot « militer » n’ayant sans doute même pas été prononcé. En cette période je n’avais pas encore compris que la vie de Sartre était « engagée ».

Ainsi notre relation commença sur une méprise ou ce qu’on pourrait plutôt appeler « mon transfert« .

  • La liberté désirée pour ma vie quotidienne je la généralisais à la liberté d’un peuple : les Algériens.

Mais n’est-ce pas le cas de la plupart des militants ?

  • Quand il s’agit de colonisation qu’on ne subit pas soi-même mais contre laquelle on se mobilise le « bon cœur » n’est pas suffisant. Il y a toujours la mise à la place de l’autre par le raisonnement intellectuel qui devient philosophique quand il s’applique au général et se transforme en mode de vie dans sa relation à tout autre.

C’est ainsi que j’envisageais maintenant qu’il s’applique à tout, dont ma vie quotidienne. Bien que je ne le raisonnais pas encore clairement, c’était une évidence instinctive puisque le mode vie idéal que j’essayais de m’appliquer en était la base.

Mais pour cette dernière il y eut maldonne dans la suite de ma relation avec Jean-Jacques, lui, ne l’appliquait qu’à un peuple, non aux personnes les plus proches de lui, la suite de sa vie allait le démontrer.

Pour tous les intellectuels français engagés dans cette idéologie il comporte aussi le rapport à l’Histoire. Timide puis oubliée il y avait eu une première protestation au début de la colonisation de l’Algérie au 19ème siècle, tant par les Algériens eux-mêmes que par des « intellectuels » français, mais elle prit son ampleur à partir de la fin de la seconde guerre mondiale. La guerre d’indépendance des Algériens avait commencé en 1954, et prit le nom, en France, de « événements d’Algérie », « guerre d’Algérie » ne fut adoptée qu’en 1999.

Jean-Jacques m’incita à faire un deuxième aller/retour sur ce caïque, cette fois dans deux couchettes superposées, gratuitement, soit pris en charge par le tronc commun ! Sans doute avec l’accord du capitaine… en parla-t-il un jour au voyagiste organisateur de ce tour ? Et mes parents les en informais-je ? sans doute !

Gerry Mulligan, Chet Baker, Dave Brubeck, Paul Desmond

gerry mulligan 1960

Maintenant en CD Gerry Mulligan et ses comparses

Voici les sons tels que je les aimais comme cité dans mon billet musiques découvertes et écoutées durant mon adolescence et tels qu’aujourd’hui à 81 ans je continue à les écouter en ayant un certain nombre en CD acquis au fil de mes croisements, et plus du tout en 45 tours pas plus qu’33 tours, ayant tout viré, voire donné, à l’occasion d’un déménagement vers la province années 90… dont je vous parlerai en son temps soit dans au moins une centaine de billets … patience !

gerry mulligan 1960
gerry mulligan 1960

et qui continuent à me faire vibrer tout le corps tant que la tête : Gerry Mulligan venant en tête de mes préférences Saxo baryton et soprano classé dans le

cool jazz dont on trouve cette définition dans Wikipedia :

Par tradition, on considère que le « cool jazz » est né en 1949, sous la direction de musiciens regroupés par Miles Davis pour élaborer la musique de son nonette composé, entre autres, de Lee Konitz, Gerry Mulligan, Bill Barber (musician), J. J. Johnson, Kai Winding, Mike Zwerin, Al Haig, John Lewis, Nelson Boyd, Al McKibbon, Max Roach, Kenny Clarke sur des arrangements de Gil Evans, Gerry Mulligan, John Carisi, et John Lewis, les titres enregistrés pour 78 tours sont regroupés plus tard sur l’album intitulé « Birth of the cool »). Cet enregistrement marque une date majeure de l’histoire du Jazz.

Les enregistrements de Gerry Mulligan avec son quartet ou son tentet, certains disques en petites formations de Shorty Rogers (« Modern sounds » pour Capitol) sont représentatives de cette esthétique.

Two of a mind ayant ma préférence !


Gerry Mulligan & Chet Baker – Carnegie Hall Concert ( Full Album )
………………………………………………….
Gerald Joseph Mulligan (April 6, 1927 – January 20, 1996) was an American jazz saxophonist, clarinetist, composer and arranger. Though Mulligan is primarily known as one of the leading jazz baritone saxophonists – playing the instrument with a….
…………………………………………………
Gerry Mulligan – baritone saxophone (# 1, 3-7 & 9)
Chet Baker – trumpet (# 1, 2, 4-6, 8 & 9) vocal (# 8)
Ed Byrne – trombone (# 2 & 8)
Bob James – piano, electric piano
Dave Samuels – vibraphone, percussion (# 1-3 & 6-9)
John Scofield – guitar (# 1-3 & 5-9)
Ron Carter – bass
Harvey Mason – drums
…………………………………………………
« Line for Lyons » – 8:16
« Margarine » – 5:59
« For an Unfinished Woman » – 8:51
« My Funny Valentine » – 8:42
« Song for Strayhorn » – 9:42
« It’s Sandy at the Beach » – 9:39
« K-4 Pacific » – 11:46
« There Will Never Be Another You » – 6:53
« Bernie’s Tune » – 7:55